Cadre

0

Quelles sont les principales catégories d’addictions spécifiques aux adolescents ? A l’adolescence, le cerveau est encore immature et par conséquent plus vulnérable. Plus vous commencez à prendre une substance tôt, plus les effets à long terme qu’elle provoque sont nocifs.

ALCOOLIQUEUne tendance connue sous le nom de « consommation excessive d’alcool » fait que les adolescents consomment de grandes quantités d’alcool. Les conséquences immédiates de ce comportement peuvent être très graves et même conduire à un coma éthylique. Dans ce cas, un transport d’urgence à l’hôpital est nécessaire pour recevoir un traitement immédiat.

Travail en milieu hyperbare

L’abus d’alcool peut détruire le double ou le triple des neurones par rapport à ce qui se passe chez un adulte et compromet la création de nouveaux neurones. De plus, la consommation d’alcool à un jeune âge travail hyperbare, c’est-à-dire avant vingt ans, double le risque d’alcoolisme.

LE TABACLa consommation de tabac augmente le risque de maladies telles que le cancer, la bronchite chronique et les maladies cardiovasculaires. Souvent travail en milieu hyperbare, ces risques sont ignorés à la fois par les parents et les adolescents car les conséquences ne sont visibles qu’à long terme, plusieurs décennies après avoir commencé à fumer.

CANNABISLa consommation régulière de cannabis ralentit le développement neuronal, affecte les capacités cognitives (pensée et mémorisation) et par conséquent sur les performances scolaires, la motivation, l’appétit pour le risque et les capacités psychomotrices.

De plus, l’exposition aux maladies psychiatriques augmente travail hyperbare. Fumer du cannabis augmente les effets négatifs d’autres substances comme l’alcool ou les amphétamines, avec des conséquences très graves si vous conduisez une voiture ou une moto.

DES ACTIVITÉS QUI CRÉENT DE LA DÉPENDANCELes adolescents perdent la notion du temps et consacrent des périodes de temps disproportionnées à des activités addictives. Ils abandonnent leurs loisirs, négligent les relations sociales et certains commencent même à sécher l’école. Lorsqu’ils sont incapables de s’engager dans une activité, leur humeur en souffre et ils peuvent devenir tristes, grincheux ou même agressifs.

Quels sont les signes avant-coureurs ?

SIGNAUX PHYSIQUESCertaines substances créent une dépendance physique. L’arrêt de la drogue déclenche des signaux physiques appelés « symptômes de sevrage », qui varient en fonction de la substance prise : faim travail hyperbare (tabagisme), tremblements (alcool), douleur et transpiration (opiacés comme l’héroïne, la méthadone ou d’autres drogues à base de codéine travail en milieu hyperbare).

SIGNAUX PSYCHOLOGIQUESCeux qui ont une dépendance ne peuvent pas se passer de la substance ou de l’activité qui la crée. L’abstinence s’accompagne de nervosité, d’anxiété et d’un sentiment d’inconfort.

La consommation de substances ou la pratique d’activités qui deviennent habituelles et modifient le mode de vie (comme l’abandon de la vie sociale) doivent être considérées comme le signal d’alarme d’une véritable addiction. Pour les élèves adolescents, toute baisse des performances scolaires doit être prise au sérieux par les parents.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici