Cas clinique 1

0

Souvent, le diagnostic d’intoxication au monoxyde de carbone est difficile à faire, précisément certificat d’aptitude au travail à cause de la subtilité avec laquelle il est établi et à cause des symptômes non spécifiques.

Si votre médecin soupçonne une intoxication au monoxyde de carbone, il effectuera immédiatement des analyses de sang pour évaluer les taux sanguins de carboxyhémoglobine, afin d’identifier la présence réelle et la gravité de l’intoxication.
En plus de cela, les médecins peuvent utiliser d’autres tests, tels que les gaz du sang et l’oxymétrie de pouls, pour confirmer le diagnostic.

Symptômes Pour plus d’informations

Dans les intoxications les plus graves, pour évaluer l’étendue des dommages causés par une intoxication au monoxyde de carbone, le médecin peut également décider d’effectuer des tests tels que l’électrocardiogramme, la tomodensitométrie, la résonance magnétique et l’électroencéphalogramme.SymptômesPour plus d’informations : Symptômes Intoxication au monoxyde de carbone certificat d’aptitude au travail ”

Comme mentionné, les symptômes induits par une intoxication au monoxyde de carbone sont plutôt non spécifiques et impliquent différentes zones du corps. Cependant, ces symptômes sont tous liés au faible apport d’oxygène aux divers organes et tissus, qui se produit lors de ce type particulier d’intoxication.Les symptômes qui peuvent survenir dans la phase initiale de l’intoxication au monoxyde de carbone sont les suivants :

Types d’intoxicationLes intoxications au monoxyde de carbone peuvent être classées en fonction de leur gravité, qui est étroitement liée aux taux de carboxyhémoglobine présents dans le sang du patient.A cet égard, on peut distinguer :

Intoxication suspectée, caractérisée par des taux sanguins de carboxyhémoglobine de 2 à 5 %. Cependant, dans ces cas d’intoxication suspectée, il est bon de se rappeler que les patients fumeurs ont des taux de carboxyhémoglobine plus élevés que les patients non-fumeurs.

Intoxication légère, dans ce cas les taux sanguins de carboxyhémoglobine sont de 5 à 10 % ; cette intoxication se caractérise par des symptômes résolument non spécifiques, tels que maux de tête, malaise généralisé et nausées.

Intoxication modérée, dans laquelle les taux sanguins de carboxyhémoglobine atteignent 10 à 25 % ; dans ce cas certificat d’aptitude au travail, les symptômes pouvant survenir sont plus marqués et consistent en : céphalées intenses, vertiges, troubles visuels, hémorragies rétiniennes, coloration rouge intense des muqueuses, hypotension et tachycardie.

Intoxication grave, dans laquelle les taux sanguins de carboxyhémoglobine sont supérieurs à 25-30%. Dans ces cas, les symptômes sont très graves et comprennent des convulsions, un coma, une insuffisance respiratoire, un arrêt cardiaque et la mort.Premiers secours et traitement

Les premiers secours, ainsi que le traitement hospitalier de l’intoxication au monoxyde de carbone, sont essentiels pour sauvegarder la vie du patient et le préserver de l’apparition de dommages permanents.

La tâche des sauveteurs est essentiellement de retirer immédiatement le patient de la source de monoxyde de carbone et de soutenir ses fonctions vitales jusqu’à ce qu’il atteigne le centre hospitalier, où toutes les analyses et traitements nécessaires seront effectués.

Habituellement, ce type de traitement

En particulier, le traitement de l’intoxication au monoxyde de carbone consiste à donner au patient 100 % d’oxygène. En effet, des concentrations très élevées d’oxygène sont capables de réduire la demi-vie de la carboxyhémoglobine, à la fois dans le sang et dans les tissus. Plus précisément, le patient peut être soumis – selon les cas et selon l’avis du médecin – à deux types de traitement différents :

Oxygénothérapie normobare, consistant en l’administration d’oxygène à 100 % grâce à l’utilisation d’un masque facial spécial. Ce faisant, la demi-vie de la carboxyhémoglobine est réduite à 60-90 minutes, par rapport aux 2-7 heures qui seraient nécessaires sans l’administration d’oxygène.Habituellement, ce type de traitement est poursuivi jusqu’à ce que les taux de carboxyhémoglobine soient inférieurs à 5 %.

Oxygénothérapie hyperbare, consistant en l’administration d’oxygène à 100% dans une chambre hyperbare dans laquelle la pression est supérieure à la pression atmosphérique (à titre indicatif, 2,5-3 atmosphères). Dans ce cas, la demi-vie de la carboxyhémoglobine – à la fois dans le sang et dans les tissus certificat d’aptitude au travail – est considérablement réduite à 30 minutes.

Cependant, il faut rappeler que l’oxygénothérapie hyperbare ne peut être entreprise que dans certains cas et qu’elle n’est réellement efficace que si elle est pratiquée le plus tôt possible après une intoxication au monoxyde de carbone (environ, dans les 12 heures).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici