[email protected] de Médecine du Travail

0

liste des cours
visualiser le texte
diaporama
liens
QCM
cas cliniques

Discipline : Médecine et Santé au Travail
Module : En vironnement professionnel et santé – Prévention des risques professionnels – Organisation de la Médecine du Travail
Question : 108

Les grandes causes de pathologies professionnelles


pour télécharger le document en Flashpaper, cliquez ici

Résumé : généralités sur les maladies liées à l’activité professionnelle dont seules certaines seront indemnisées.

1- Introduction :

L’approche des grandes causes de pathologies professionnelles peut se faire de deux façons différentes :

•  par facteurs de risques comme les contraintes physiques (bruit, rayonnements), les agents chimiques (amiante, plomb, solvants), les agents biologiques, les contraintes musculo-squelettiques ou les contraintes psychologiques (le harcèlement moral)

•  par pathologie d’organes qui sont les pathologies respiratoires professionnelles, les pathologies ostéo-articulaires et musculaires, les atteintes hépatiques…

Les seules statistiques officielles produites par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie concernent les maladies professionnelles qui font l’objet d’une déclaration et d’une décision d’indemnisation. Les dernières données consolidées se rapportent à 2002. Pour cette année, 31461 cas avec arrêt sont reconnus par le régime général. Le régime agricole et le régime des collectivités territoriales, des fonctionnaires ne sont pas intégrés.

Or le nombre de maladies reconnues ne représente pas la réalité. Pour certaines maladies aiguës ou subaiguës comme l’asthme ou les troubles musculo-squelettiques (TMS), nombre de déclarations ne sont pas faites : lourdeur pour des pathologies à faible indemnisation, crainte vis à vis de l’employeur, absence de reconnaissance en MP chez les artisans…

Par exemple, le nombre de cas incidents d’asthme professionnel est estimé entre 2000 et 2200. Seuls 400 à 500 cas sont indemnisés. A l’opposé pour les cancers broncho-pulmonaires d’origine professionnelle, le nombre annuel estimé (risque attribuable des études épidémiologiques) est entre 2200 et 2500. Or, c’est 1365 cas seulement qui ont été indemnisés en 2002 pour les salariés du régime général.

Mais depuis 1991, le nombre de MP réparées a été multiplié par 4.

2- Les pathologies les plus fréquentes :

Elles dépendent des secteurs d’activité professionnels :

•  les affections péri-articulaires (tableau 57) représentent 2/3 de toutes les MP : les épicondylites, les épaules douloureuses et raides, le syndrome du canal carpien, dominent ce groupe.

•  Les affections du rachis lombaire par hernie discale dues au port de charges lourdes (tableau 98) avec 2251 cas, représentent 7,2% de toutes les MP, avec des critères diagnostiques exigeants.

•  Les affections causées par les poussières d’amiante (tableau 30) et les cancers broncho-pulmonaires isolés par inhalation de fibres d’amiante (tableau 30 bis) sont en rapide progression avec un total de 4494 cas, soit (14%). Cette progression doit se poursuivre encore durant de nombreuses années pour les plaques pleurales, les cancers dont les mésothéliomes chez les chauffagistes, électriciens, mécaniciens, anciens travailleurs du bâtiment…

•  D’autres affections sont plus faiblement représentées globalement, mais le sont fortement pour certains postes de travail : les affections provoquées par le bruit, les eczémas allergiques, les asthmes (farine, isocyanates, latex…)…

Une meilleure connaissance des MP est apportée par le Réseau national de vigilance des pathologies professionnelles (alimenté par les 28 Centres de consultations de pathologie professionnelle en France), les registres du cancer, l’observatoire national des asthmes professionnel…

De nouvelles pathologies apparaissent liées aux conditions de travail comme le harcèlement moral sur les lieux de travail, les effets d’un stress exagéré, le rôle des formes de travail (polyvalence, horaires, sous-traitance)

Toutes ces pathologies professionnelles ont un coût humain, social et financier considérable. Seule la prévention technique d’amont est à même de les stabiliser ou de les faire diminuer.