☞ UVMT – Université Virtuelle de Médecine du Travail

0

ALCOOL ETHYLIQUE
ETHANOL

I. Généralités

Synonymes : éthanol, méthyl carbinol, alcool ordinaire.

De formule C2H5OH, l’alcool éthylique ou éthanol est un alcool dérivé de l’éthane (hydrocarbure aliphatique de formule C2H6). Son numéro CAS est le 64-17-5.

Il se présente sous la forme d’un liquide incolore connu par son utilisation dans l’industrie des produits pharmaceutiques.

On le retrouve dans l’industrie des parfums, matières colorantes et comme solvant dans l’industrie des peintures et vernis… Egalement comme constituant d’antigels et de carburants spéciaux.

II. Propriétés physico-chimiques

L’éthanol a une odeur agréable, il est miscible à l’eau mais également dans les alcools, l’éther éthylique, le benzène et la plupart des solvants organiques. C’est par ailleurs, un bon solvant des graisses et de nombreuses matières plastiques. L’éthanol est un produit combustible, il brûle en donnant avec l’air, de l’eau et de l’anhydride carbonique.

C’est un produit très inflammable dont les vapeurs peuvent former des mélanges explosifs avec l’air.

III. Données cinétiques principales

L’éthanol est essentiellement absorbé par voie digestive, mais également par voie pulmonaire.
L’absorption percutanée est faible. Il diffuse rapidement dans tout l’organisme pour être ensuite oxydé dans le foie (80 à 90 %) en aldéhyde acétique puis en acide acétique, alors que 5 % environ est éliminé tel quel dans l’air expiré, les urines, la sueur.

IV. Toxicité

Toxicité aiguë
L’inhalation de quantités toxiques de vapeurs d’éthanol dans l’industrie est rare. C’est un solvant qui peut être considéré comme assez inoffensif. On peut cependant lors d’une exposition à des concentrations élevées de vapeurs avoir une irritation des muqueuses, des voies respiratoires supérieures et des yeux ; un état d’ébriété ainsi que des céphalées et des vertiges.

Toxicité chronique
L’éthylisme chronique est exceptionnel dans les conditions d’emploi industriel de l’éthanol.

V. Surveillance en médecine du travail

1) Évaluation de l’exposition

  • VLE-VME : VME = 1 000 ppm soit 1900 mg/m3

    VLE = 5 000 ppm

  • Biométrologie :
    Les dosages d’alcool éthylique dans le sang, en cours ou en fin d’exposition, ne sont interprétables que si l’on connaît précisément l’absorption d’alcool d’origine alimentaire du sujet. En milieu professionnel, ils sont d’une utilité limitée pour apprécier l’intensité de l’exposition : après une exposition supérieure à la VME (1000 ppm), les concentrations sanguines d’éthanol n’étaient toujours pas détectables à la 3ème heure.

2) Surveillance médicale

Il est recommandé tant lors de l’embauche, que lors des visites périodiques d’éloigner les sujets présentant une atteinte fonctionnelle hépatique sérieuse due notamment à un éthylisme.
Un bilan hépatique avec mesure notamment des GGT (Gamma glutamyl transférases) serait un bon examen de surveillance des sujets exposés.

VI. Conduite à tenir en cas d’urgence

Le traitement est symptomatique (lavage à grande eau de manière prolongée, enlever les vêtements souillés).