☞ UVMT – Université Virtuelle de Médecine du Travail

0

Suivi des internes en médecine

Delphine Mirat, IHP – 7/9/2001 à 16:39

Je suis interne, 5eme semestre en pneumologie. Je suis donc particulièrement exposée à la tuberculose et autres bactéries au tropisme pulmonaire. La surveillance radiologique annuelle des salariés a été abandonnée au profit d’une surveillance plus ciblée. Peut-on m’expliquer pourquoi les internes, qui sont une population particulièrement exposée, ne sont pas surveillés par la médecine du travail ? J’ai posé la question au médecin du travail de l’hôpital où je travaille (que j’ai rencontré à l’occasion d’un accident exposant au sang) et qui m’a dit que l’AP ne fait rien pour rendre notre surveillance possible (il faudrait plus de médecins du travail). Il me semble que la médecine du travail hospitalière ne se mobilise pas non plus pour organiser notre surveillance médicale. Les infirmières de mon service sont suivis annuellement et ont une radiographie pulmonaire régulière.

Que faire pour améliorer la situation ?

webmaster – 9/9/2001 à 10:10

NDLR : ce message a été transféré de l’ancien forum UVP5 Médecine du Travail

Dr JC MARTIN – 7/9/2001 à 16:40

Interne = “étudiant” en stage à “l’hôpital” Effectivement, le suivi des internes pose problème. Toutefois, en temps qu’étudiante, vous bénéficiez de droit d’un suivi en médecine de prévention auprès de votre faculté d’origine. Vos droits d’inscription l’incluent. Pour faire court, il suffit de solliciter cette visite auprès de votre faculté pour normalement l’obtenir car, l’organisation étant un peu différente de la médecine du travail hospitalière, vous ne recevrez pas de convocation systématique. Certains hôpitaux proposent aussi aux internes une visite en médecine du travail à la prise de fonctions. Toutefois, cette visite n’est jamais systématique. En fait, l’interne ne fait pas partie du personnel titulaire de l’hôpital et il est considéré comme étant ‘de passage’. Toutefois, je pense (mais cela n’engage que moi), qu’il devrait au même titre que les autres soignants, bénéficier du suivi en médecine du travail hospitalière, car les risques professionnels qu’il encoure sont à l’hôpital. Peut-être un sujet ‘intéressant’ pour le SIHP?