☞ UVMT – Université Virtuelle de Médecine du Travail

0

Les “règles du jeu” doivent être les mêmes pour tous, càd pas de “passe-droit” et autres “tours de passe-passe” au gré du vent des “replâtrages” répétitives en bafouant le principe d’une égalité républicaine de droit pour le “confort” de quelques uns. Si vous lisiez les dernières études sur la démographie médicale en général et les extrapolations pour les prochaines décennies, vous saisiriez cette ” certaine logique” précédemment évoquée et devinerait le futur “paysage médical”…

Actuellement, lors de la précédente et ainsi que pour la prochaine rentrée universitaire, des postes de DES Médecine du Travail via le Concours de l’Internat sont parfois tous supprimés ou diminués en faveur des hypothétiques Confrères libéraux qui souhaiteraient se reconvertir. (A Nice par ex., il n’ y aura plus de postes de DES via la voie de l’Internat étudiant). Au total, on formera moins de Médecins du Travail par ces deux voies officielles dans un contexte de déficit chronique…?!…de Médecins…du Travail en particulier…et des Médecins en général…

Le numérus clausus maintenu depuis des années pour la PCEM1 n’est pas le fait des étudiants en général et des Internes en particulier ….à votre avis…quels sont les lobbies actifs de cet état de fait ? …les lobbies du DES ?…Les lobbies pro/anti CES ?…Ce ne sont sûrement pas les Internes en particulier et les étudiants de médecine en général qui en soient les instigateurs !

Avant de vouloir “rouvrir les vannes”, vous devriez peut-être déjà vous poser la question du Pourquoi et du Comment on en est arrivé là !

…les “fameuses vannes” en question risqueraient de toute façon une “panne sèche” programmée…à moyen terme…

Tous les Confrères libéraux sont bien sûr les bienvenus pour combler le “fameux déficit” mais il y a certaines façons de faire qui semblent peu confraternelles… C’est en voulant éviter une Médecine du Travail à plusieurs vitesses que des Internes par la voix de l’ISNIH ont interpellé les “décisionneurs”. Q.C.M.: Que faire du DES de Médecine du Travail ? ¤ le maintenir ¤ le remplacer (par le CES ou autres: Capacités, DU, DIU, Cours par correspondance, par Internet etc…) ¤ sans opinion ¤ le supprimer (pas besoin de formation spécialisée, le cursus du DCEM est suffisant) ¤ le sous-traiter à la médecine de ville Quel que soit votre opinion, souvenez-vous bien que: 1)Du temps du CES, seulement un Médecin du Travail sur deux avait un poste ! 2)Paragrapher des avis d’aptitude sans étudier pour connaître le poste du travail n’est pas une bonne pratique de la Médecine du Travail que l’on soit diplômé ou non. 3)Savoir évoluer et adapter ses pratiques professionnelles aux besoins des différents partenaires sociaux est une exigence fondamentale pour rester crédibles au risque sinon de disparaître au sein d’une équipe pluridisplinaire omnipotente, et tout ceci nécessite une solide formation de base, universitaire et indépendante. 4)Pensez-vous correspondre à ce profil et donc être apte à ce poste ?