☞ UVMT – Université Virtuelle de Médecine du Travail

0

Le discours que tient ce diplomé en installation de logiciels est un discours malheureusement en vogue chez les cocaïnomanes et les militants d’Act-Up. Vous avez tort de limiter une visite médicale à la prise de la tension artérielle et à une simple auscultation cardiaque. L’examen clinique doit être le plus complet possible, rien ne doit l’entraver, d’où la nécessité d’exiger que les patients soient en sous-vêtements. Car les premiers à discréditer la médecine du travail sont certains de nos collègues démotivés, désillusionnés qui se satisfont de l’humeur de leurs patients pour raccourcir ou rallonger l’examen clinique. Toutes les condescendances sont autant de brèches qui, à la longue, conduiront certains patients à exiger d’être “expertisés” par téléphone.. Un mauvais état général, subit ou préalable à l’occupation d’un poste, nécessite toujours d’être fixé dans le temps afin de faire la part entre ce qui est apparu au cours du travail, ce qui risque dêtre aggravé par le travail et ce qui ne peut être rattaché au travail.

Sinon, pour aller dans le sens du délire de ce monsieur, l’alternative idéale serait alors de signer une décharge à l’employeur : “Je soussigné, monsieur TxxxDxCxx, employé de la société qui me paye pour que j’achète ma coke, déclare dégager mon employeur de toute responsabilité relative à ma santé et à ma sécurité au travail, et prendre à ma charge la responsabilité légale, juridique et financière de tous mes actes, comportements, maladies ou accidents qui surviendraient dans le cadre de mon travail”…