UVMT participe aux
Campus Numériques

     Menu Principal

· Accueil
· Recherche avancée

Formation UVMT
· Formations
· Entrée D.E.S.
· Législation
· Toxicologie
· F.A.Q.
· Q.C.M.
· Cas Cliniques
· Veille documentaire
· Thèses et mémoires
· Forum Saint Jacques
· Banque de données
· Cours les plus lus

UVMT et Vous
· Forum
· Dialogue (Chat)
· Calendrier
· Newsletter
· Sondages

UVMT et Internet
· Les guides UVMT
· Liens
· Statistiques
· Recommandez nous

Communauté UVMT
· Votre compte
· Liste des comptes


     Recherche


     Qui est en ligne ?
Il y a pour le moment 7 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.

Vous êtes un visiteur anonyme. Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en cliquant ici.

      Identification
Surnom/Pseudo

Mot de Passe

Vous n'avez pas encore de compte?
Enregistrez vous !
En tant que membre enregistré, vous bénéficierez de privilèges tels que: changer le thème de l'interface, modifier la disposition des commentaires, signer vos interventions, ...

     Sur le Web

     A propos d'UVMT

UVMT est un site de télé-enseignement développé par l'Institut Interuniversitaire de Médecine du Travail de Paris Ile de France.

Pour en savoir plus sur UVMT, cliquez ici.


 

   Toxicologie: Alcool butylique, butanol


Médecins du Travail
ALCOOL BUTYLIQUE
BUTANOL


I. Généralités

Synonymes : alcool n-butylique, n-butanol, propylcarbinol, 1-butanol.

Le butanol ou alcool butylique est un liquide incolore, très réfrigérant, d'odeur alcoolique.

Formule chimique C4H9OH (CH3-CH2-CH2-CH2OH). Son numéro CAS est le 7-36-3.

On rencontre l'alcool butylique comme agent d'extraction ou comme constituant intermédiaire dans la synthèse de l'acétate de butyle et du phtalate de dibutyle.


II. Propriétés physico-chimiques

Le n-butanol est soluble dans l'eau ; il est miscible à l'alcool, à l'éther et à la plupart des solvants organiques. C'est par ailleurs un bon solvant des graisses, des huiles et des résines.
Comme tous les alcools primaires, il subit les réactions d'oxydation et de déshydrogénation conduisant à la formation d'aldéhyde butyrique. Le butanol brûle avec une flamme très lumineuse.


III. Données cinétiques principales

L'absorption du butanol peut être respiratoire ou cutanée ; cette dernière pouvant être quantitativement supérieure à l'absorption respiratoire. La rétention pulmonaire est d'environ 40 à 50 % du produit inhalé en fonction de l'état d'activité du sujet. L'oxydation métabolique par l'alcool déshydrogénase entraîne une disparition rapide du butanol sanguin. Le principal métabolite est l'acide iso butyrique alors que le métabolite final est le gaz carbonique qui est éliminé par voie respiratoire.

IV. Toxicité chez l'homme

Organe cible : système nerveux central.
Le n-butanol a une action dépressive directe sur le système nerveux central supérieure à celle des autres alcools.

Toxicité aiguë
La faible volatilité de cet alcool explique probablement l'absence de symptomatologie neurologique sévère.
Des céphalées, vertiges et sensations de malaises sont les éléments les plus rapportés.
Le n-butanol est modérément irritant pour la peau mais peut entraîner de sévères brûlures cornéennes par projection oculaire.
Chez l'homme des irritations conjonctivales et des muqueuses pharyngées nasales peuvent être notées. Des dermites des mains ont également été rapportées.

Toxicité chronique
Chez l'homme, une surveillance biologique, hépatique, hématologique et rénale d'une cohorte exposée pendant 10 ans n'a rien permis de déceler. Par contre, cette population exposée dans les premières années à des concentrations pouvant atteindre 200 ppm de n-butanol, a développé une pathologie oculaire à type d'œdème cornéen et d'œdème conjonctival. Cela s'est traduit par des brûlures oculaires, une vision trouble, un larmoiement ; les signes s'exagèrent en fin de semaine de travail et régressent à l'arrêt de l'exposition.
Les effets systémiques les plus sérieux concernent les atteintes des nefs auditifs.
Des dermatoses sont observées au niveau des mains sous la forme de lésions eczématiformes avec fissuration.


V. Surveillance en médecine du travail

1) Évaluation de l'exposition :

- VLE VME : VLE = 50 ppm, soit 150 mg/m3.

- Biométrologie : le dosage de l'alcool butylique sanguin a été proposé pour la surveillance des sujets exposés.

2) Surveillance médicale

A l'embauchage, être particulièrement vigilant chez les sujets présentant une atteinte neurologique centrale ou périphérique, cutanée, oculaire ou respiratoire chronique. Ainsi que chez les sujets présentant une atteinte fonctionnelle hépatique sérieuse notamment due à un éthylisme.
Lors des visites ultérieures, l'examen clinique doit rechercher une éventuelle atteinte neurologique, ainsi que des signes d'irritation oculaire, cutanée et respiratoire.


VI. Conduite à tenir en cas d'urgence

En cas de projection cutanée ou oculaire, laver immédiatement à grande eau et pendant au moins 15 minutes. Retirer les vêtements souillés.

VII. Réparation

TRG 84
TRA 48

Posté le Dimanche 17 novembre 2002 à 13:28
Sujet: Médecins du Travail
      Identification
Surnom/Pseudo

Mot de Passe

Vous n'avez pas encore de compte?
Enregistrez vous !
En tant que membre enregistré, vous bénéficierez de privilèges tels que: changer le thème de l'interface, modifier la disposition des commentaires, signer vos interventions, ...

     Liens connexes
· Plus à propos de Médecins du Travail
· Nouvelles transmises par Webmaster
· UVMT


L'article le plus lu à propos de Médecins du Travail:
Aptitude médicale au travail


Format imprimable  Envoyer cet article à un(e) ami(e)

  


Ce site est optimisé pour une définition de 1024 x 768 ou supérieure.
Il nécessite pour certaines fonctions le plug-in Macromedia Flash Player.

Les marques et les noms de produit sont des marques déposées ou des marques commerciales de leur détenteur respectifs
Google